Le classement du risque politique des réformes

Réforme Darcos de l'école primaire

La réforme de l'école primaire de 2008 supprime les cours du samedi matin, prévoit une aide pour les élèves en difficulté et place le bilan des acquis au centre des évaluations des élèves.

Dès septembre 2007, le ministre en charge de l’Education nationale, Xavier Darcos, annonce la suppression des cours du samedi matin à la rentrée 2008 sans report des heures de classe sur les autres jours de la semaine. Cette mesure constitue le premier volet de la réforme de l’enseignement primaire qui va être présentée en février 2008 et appliquée à partir de septembre 2008. Outre la nouvelle organisation du temps scolaire, la réforme introduit de nouveaux programmes, une aide personnalisée aux élèves en difficulté et de nouvelles évaluations des résultats des élèves en CE1 et CM2.

L’organisation du temps scolaire est précisée par une circulaire du 5 juin 2008 : l’emploi du temps hebdomadaire comprend 24 heures d’enseignement pour tous les élèves, plus deux heures d’aide personnalisée pour les élèves en difficulté. Ces 24 heures d’enseignement se répartissent à raison de 6 heures par jour, de 8h30 à 16h30, les lundi, mardi, jeudi et vendredi. Cette nouvelle organisation conduit à la généralisation de la semaine scolaire sur quatre jours et à la suppression des calendriers décalés sur les vacances scolaires.

Lire plus

Les nouveaux programmes sont présentés en février 2008 par le ministre de l’Education nationale comme une réponse à l’échec scolaire Pour cela, l’école est recentrée sur les « enseignements essentiels » avec pour référence le « socle commun de connaissances ». La loi du 23 avril 2005 définit un socle commun de connaissances et de compétences que doit avoir acquis tout élève au cours de sa scolarité obligatoire et qui comprend la maîtrise de la langue française, les mathématiques élémentaires, les bases d’une culture humaniste et scientifique, la pratique d’une langue étrangère et la maîtrise des technologies les plus courantes de l’information et de la communication.

Avec la mise en place de la semaine de quatre jours, le volume horaire hebdomadaire est passé de 26 à 24 heures pour les élèves mais pas pour les enseignants. Outre les 24 heures hebdomadaires d’enseignement en classe, le service horaire des enseignants comprend 60 heures annuelles consacrées à l’aide directe aux élèves en difficulté. Les deux heures de travail dégagées par professeur permettent la mise en place d’une aide personnalisée aux élèves en difficulté. Les établissements, après accord de l’inspecteur de la circonscription, placent ces deux heures à l'heure du déjeuner ou le soir après la classe.

De plus, des stages de remise à niveau sont organisés pendant les vacances scolaires pour les élèves de CM1 et de CM2 qui en ont besoin. Ces stages se déroulent en petits groupes, sur trois heures quotidiennes pendant cinq jours, en français et en mathématiques. Ils sont animés par des enseignants volontaires, rémunérés en heures supplémentaires.

La loi d’orientation de 1989 avait mis en place des cycles et aussi des protocoles d’évaluation des élèves en fin de cycle : l’évaluation des élèves en début de CE2 et en début de sixième était destinée à aider les enseignants à porter un diagnostic sur leurs élèves en identifiant les acquis et les faiblesses de chacun d’eux. Avec la réforme de 2008, les évaluations ne sont plus destinées à établir des diagnostics mais elles doivent réaliser un bilan des acquis des élèves par rapport aux programmes. Mesurer nationalement les acquis des élèves en référence aux nouveaux programmes est un des éléments fondateurs de la réforme de l’école primaire. Leur reconduction d’année en année doit permettre de mesurer l’évolution des acquis entre différentes générations d’élèves.

Source : http://www.vie-publique.fr/politiques-publiques/enseignement-primaire/reforme-ecole-primaire-2008/

Refermer
Les porteurs
de la réforme :
STATUT : Adoptée 2008
DOMAINE : Éducation
Indice de risque politique
50%
50%
afficher les détails
Détail par facteur de risque :
NIVEAU DE PERTURBATION
25%
25%
ATTEINTE DES OBJECTIFS
90%
90%
Commentez